L'affaire Tailleferre...

Qui étais-tu Germaine ?

Germaine Tailleferre (1892-1983) est une compositrice du XXème siècle.  Figure emblématique du modernisme musical français de cette époque, elle faisait partie du " Groupe des Six ".

Elle cotoie également des artistes de tous horizons : Jean Cocteau, Guillaume Apollinaire, Fernand Léger, Pablo Picasso, Amedeo Modigliani, Paul Claudel, ...

Morte à 87 ans, elle aura eu l’occasion d’expérimenter tous les langages, tous les registres (opéra, concertos, musique pour piano...) et de se frotter à de nombreux milieux artistiques (de Paul Valéry... à Charlie Chaplin), léguant une œuvre immensément variée et inventive.

L'oeuvre au bac 2017, 2018 : L'Affaire Tailleferre

Production lyrique de l'Opéra de Limoges (2014) au départ de l'œuvre radiophonique de Germaine Tailleferre, Du style galant au style méchant, 4 opéras bouffes pastiches (webdocumentaire disponible sur le site de Canopé).

L’œuvre  de 1955 :

Après la guerre, l’équipement des foyers en radios est généralisé et la télévision commence à s’implanter. Une nouvelle révolution s’amorce : celle de la diffusion musicale.

En 1955, la RTF toute-puissante commande à Germaine Tailleferre quatre opéras radiophoniques : adaptés à la radiodiffusion, ils sont courts, faciles à comprendre et ne requièrent aucune mise en scène. Traversant une période de rejet artistique, la compositrice va s’y moquer, dans un format totalement inédit, des styles pompeux des époques passées, tournant en ridicule et condamnant chaque compositeur en quinze minutes incisives.

L’œuvre de 2014 :

Ces 4 opéras-bouffes ont été adaptés à la scène par l’opéra de Limoges en novembre 2014. Sous la baguette de Christophe Rousset, L’Affaire Tailleferre remet au goût du jour 4 ces pièces, réunies comme différentes affaires traitées au sein d’un tribunal.

A l'oral du bac :

 

L’extrait de l’Affaire Tailleferre proposé au commentaire comparé sera, en cohérence avec le libellé du programme, un extrait vidéo. Le second extrait pourra être également un extrait vidéo ou bien être purement audio.

La première partie de l’entretien reposera exclusivement sur la musique des extraits donnés à commenter dont celui de L’affaire Tailleferre. Comme le précise le texte réglementaire, le candidat aura à en réaliser « le commentaire comparé visant à souligner les différences et ressemblances des musiques entendues (caractéristiques, expressions, références, etc.) ».  Il sera pour cela « guidé par les questions du jury » qui ne porteront, dans un premier temps, que sur la comparaison des dimensions musicales des extraits écoutés.

Durant cette première partie de l’entretien, il ne sera en aucun cas attendu du candidat qu’il mène une analyse de la mise en scène ou des choix de diverses natures qui y ont présidé. Par contre, il aura toute liberté d’évoquer tel ou tel aspect visuel susceptible d’éclairer son exposé portant exclusivement sur la comparaison musicale.

Dans un second temps, le candidat sera engagé à témoigner de sa connaissance de l’œuvre (L’affaire Tailleferre, production lyrique de l’Opéra de Limoges). Cependant et là encore, il ne sera pas attendu un regard analytique sur les choix de mise en scène de l’extrait donné à commenter et encore moins sur les éléments constitutifs des images tels qu’ils sont observés dans d’autres circonstances, notamment d’analyse cinématographique, mais bien davantage le témoignage d’une réflexion construite sur le cheminement d’une œuvre entre 1955 et 2014, les transformations qu’elle subit et ce qui peut les expliquer. Il aura alors tout loisir de s’appuyer sur l’extrait vidéo proposé au commentaire mais pourra également en évoquer d’autres.

© 2015 BY D.C. Proudly created with Wix.com